On se retrouve dans soixante ans...

Dispositif sonore interactif, techniques mixtes,

2022

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/8

À partir de différentes conférences sur l’anthropocène, je questionne le rapport que l’Homme occidental a établi avec la nature.

Je traite le sujet au travers du végétal dans la nature : arbres, fleurs, sol terrestre. J’ai fait ce choix car la nature dans nos sociétés capitalistes est réduite à des paysages, des décors d’une interface numérique, ou bien à des ressources à exploiter, tout cela en oubliant qu’elle nous est vitale sous tous ses autres aspects.

Intrinsèquement lié à la nature, force est de constater que notre société capitaliste nous en dissocie en permanence. Par conséquent, je me suis interrogée sur notre affect, puis j’ai cherché ce qui pourrait permettre à l’être humain de considérer autrement « le vivant ». J’ai émis l’hypothèse que le son, une communication sonore, pourrait être une réponse, car du point de vue anthropologique tout ce qui s’exprime serait reconnu comme vivant. J’interprète l’illusion de communication sonore en se rapprochant de la définition du CNRTL (Centre National de Ressources Textuel et Lexical) «1. LING., PSYCHOL., SC. SOC. Processus par lequel une personne (ou un groupe de personnes) émet un message et le transmet à une autre personne (ou groupe de personnes) qui le reçoit, avec une marge d’erreurs possibles (due, d’une part, au codage de la langue parlée ou écrite, langage gestuel ou autres signes et symboles, par l’émetteur, puis au décodage du message par le récepteur, d’autre part au véhicule ou canal de communication emprunté). »

L’expression verbale « le mots manquent » marque une défaillance de notre langage. Notre capacité à communiquer n’est donc pas infaillible. Il serait alors peut être utopique de penser que nous serions en mesure de trouver un langage commun avec les arbres. Cependant, l’expérience du dispositif « On se retrouve dans soixante ans...» permet une rencontre sonore avec les végétaux , un contact. Mes investigations auront attiré mon attention sur cette rencontre et la question de l’écoute, ce qui pourrait être un point départ pour une communication. Quelle que soit cette communication ce serait un pas vers « le vivre ensemble».

Dispositif :

Tissus suspendus, projection en boucle d'une vidéo d'arbres en mouvement sur les tissus, création sonore organique

Arduino, Max8, Touchdesigner

Remerciements pour la technique : 

Marguerite Jossic et Maxime Harazi pour la programmation de l’Arduino et l’accéléromètre, la programmation de PuurData et la patience de Marguerite pour ses explications scientifiques, Joseph Bizien et Vincent Ciciliatio pour la création patch Max8, Anne-Sophie Brunet et Arthur Chevalier à la programmation du patch TouchDesigner.

Merci à tous.tes ces artistes et chercheurs.euses en sciences acoustiques car sans eux, la réalisation de ce projet n’aurait pas pu aboutir.