IMG_4461NB.jpg

Laure Lambert

Graphiste Illustratrice

Pratiques Artistiques et Nouvelles Technologies

Saint-Étienne

Diplômée d'une licence d'arts plastiques en option art numérique, je me spécialise dans un master Recherche Création Contemporaine et Nouvelles Technologies. 

Expositions :

Exposition "En Forêt"

3/06/2022 au 8/06/2022

Saint-Étienne  

projet_arts_fr

du 03 au 08 juin 2022 à la Salle des Cimaises
exposition/restitution d'un workshop animé par C.Cadaureille, R.Olcèse, C.Nosella, J.Rasmi du laboratoire #Eclla @univjeanmonnet

Exposition proposée dans le cadre de la "Biennale internationale de design de Saint-Etienne 2022"

08/04/2022 au 17/04/2022

Saint-Étienne

projet_arts_fr

Explorations Arts/Sciences : des recherches en partage

Quartier Manufacture / Bâtiment des forges - Centre des savoirs pour l'innovation
 

Workshop avec l'artiste Beat Lippert "CATASTROPHE"

http://beat-lippert.ch/

Commissaire d'exposition Rodolphe Olscèse (Maître de conférences en  Esthétique et Sciences de l'art) et Gwenaëlle Bertrand (Maîtresse de conférences Design)

Workshop avec l'artiste Fred Périé "Interface malicieuse"

https://www.fredperie.com/

Commissaire d'exposition Rodolphe Olscèse (Maître de conférences en  Esthétique et Sciences de l'art) et Gwenaëlle Bertrand (Maîtresse de conférences Design)

GRAPHISTE ET ILLUSTRATRICE 

Je mets à disposition mes compétence d'illustratrice et de metteuse en page pour de multiples secteurs d'activités. ( des produits gourmands et raffinés, expositions et festivals. Création et réalisation de programmes, de flyers, d'affiches de festivals, déclinaisons des créations sur textiles.)

SUJET DE RECHERCHE 

Je m’interroge au sujet de « l’ insaisissable » à travers les limites de la perception auditive humaine. Cette préoccupation est arrivée dans un premier temps avec le sujet du silence. La question du silence m’est apparue comme une énigme et ma réflexion en 2018 était semblable à la pièce de John Cage, 4’33, 1952. Contrairement à John cage , dans mon exploration de la question de « l’absence de bruit », j’ai mené une investigation, et constitué une collection de sons (bruit blanc, voiture, radiateurs, pluie, vent, trains, etc.) que j’enregistrais et classais au fil des jours. Je mixais ensuite ces sonorités préalables pour les diffuser dans un dispositif immersif. Une boite à taille humaine posée à la verticale servait de caisse de résonance : à l’intérieur 3 haut-parleurs étaient disposés de manière à ce que les sens du public qui se plaçait à l’intérieur soient déstabilisés. C’est à la suite de cette expérimentation « du silence » que mon envie de faire de la recherche autour de la perception et des sens au travers de l’imperceptible advient, elle s’est resserrée au cours de différentes conférences sur l’anthropocène.


 

Des ouvrages m’accompagnent et nourrissent ma pensée pour créer un lien entre l’imperceptible et l’anthropocène tels que : « Manière d’être vivant » de Baptiste Morizot ; « Le visible et l’invisible » de Maurice Merleau-Ponty ; « Le mots et les sons » de François J.Bonnet...

Je suis attentive à toute les formes d’écoute. Aussi, j’ai constaté que la matière sonore impactait, affectait les sens humains, alors que tout ce qui n’émettait pas de fréquence sonore, n’était pas reconnu ou considéré à égale de l’espèce humaine. Ces lectures me conduisent à m’exprimer plastiquement sur la domination omniprésente de l’être humain envers les autres formes de vie. Par conséquent, mon attention s’est portée sur la multitude des signaux inaudibles (au dessous de 20 hertz et au dessus de 20000 hertz), mais aussi par les temporalités différentes des matières qui nous entourent et que nous ne pouvons pas percevoir autrement que par des outils numériques. En effet, notre composition biologique ne nous permet pas d’être perméable à tout notre environnement - fort heureusement - (signaux, temporalité etc... ). L’objectif de ma recherche est de m’emparer de ces résonances qui nous échappent pour parasiter nos sens.